Hommage au réalisateur Alain Cavalier au festival Itinérances d’Alès

  La vie de la com

Pour sa 36ème édition, “Itinérances”, le festival de cinéma d’Alès (23 mars/6 avril)rend hommage au scénariste et réalisateur Alain Cavalier. 

Pour cet hommage, entre intime et universel, le cheminement proposé parcourt une filmographie qui s’étend sur près de six décennies mais est loin d’être achevée puisque le cinéaste prépare déjà un nouvel opus. Scénariste et réalisateur, Alain Cavalier est né en 1931 à Vendôme.
Il a été récompensé par le Prix France Culture Cinéma à Cannes en 2006 pour l’ensemble de son oeuvre.
Après des études d’Histoire, il entre à l’Institut des hautes études cinématographiques puis devient l’assistant de Louis Malle. Il se fait la main derrière la caméra en réalisant un court métrage (1958). Puis, il se fait connaître avec Le Combat dans l’île (1961) avec Romy Schneider et Jean-Louis Trintignant, film politique censuré à sa sortie qui a pour personnage principal un jeune fasciste et L’Insoumis (1964) avec Alain Delon sur la guerre d’Algérie.

Alain Cavalier s’essaye ensuite à un cinéma plus traditionnel et moins polémique et connaît le succès avec le polar Mise à sac et le drame, adapté d’un livre de Françoise Sagan, La Chamade.
Huit ans plus tard, il revient avec des oeuvres plus expérimentales et épurées comme Le Plein de super (1976) et Martin et Léa (1978).
Après Ce répondeur ne prend pas de message (1979), inclassable performance où Cavalier met en scène sa propre intimité sentimentale, et Un étrange voyage (prix Louis-Delluc 1981), où il filme sa fille racontant sa vie, il franchit une étape capitale dans sa méthode de travail avec Thérèse, ovationné à Cannes avec un Prix du jury et plébiscité aux César avec six récompenses dont celles du meilleur film et du meilleur réalisateur. Dans ce film, il questionne la sainteté au travers de la vie de la jeune carmélite Thérèse de Lisieux.

En 2002 il mélange fiction et réalité avec René où l’un de ses amis comédien de 155 kilos s’engage à perdre du poids. En 2004, il sort Le Filmeur, journal filmé sur plus de dix ans, véritable accomplissement de son parcours.
En 2009, le Festival de Cannes sélectionne son film Irène à Un Certain Regard et en 2011 Pater, avec Vincent Lindon, est présenté en compétition officielle.
Récemment; il réalise Six portraits XL où il montre une série de portraits consacrés à six de ses proches, qu’il a filmés au plus près, sur la durée, certains sur une décennie. Des inconnus (son boulanger, son cordonnier, une vieille amie) ou d’autres qui le sont moins (l’acteur Bernard Crombey, le journaliste Philippe Labro). Tous filmés avec cette proximité et cette profonde humanité qui étaient déjà à l’œuvre dans ses précédents portraits. Plus que jamais affranchi des contraintes économiques comme de tout « système » ou « format », Alain Cavalier fait ici preuve d’une audace et d’une liberté exceptionnelles.

Ces six portraits seront présentés à Alès avec également au programme : Le Combat dans l’îleL’InsoumisMartin et LéaLe ParadisLe Plein de super, Un étrange voyageThérèsePaterLe Caravage.Festival Cinéma d’Alès – Itinérances

Communiqué du  festival Itinérances

Pôle Culturel et Scientifique
155 faubourg de Rochebelle
30100 Alès
festival@itinerances.org – 04 66 30 24 26

Autres articles...
Nous contacter

Saisir un texte et appuyer sur Entrée pour rechercher