Décès de notre confrère Jean-Paul Rey

 

C’était un professionnel accompli, un homme d’une gentillesse extrême et d’une grande humanité. Notre confrère Jean-Paul Rey est décédé mercredi matin, à l’âge de 72 ans. Il était le père de Marie-Laurence Gaillac journaliste à la rédaction de Midi Libre Nîmes.

Jean-Paul s’était installé à Laloubère, commune riveraine de Tarbes, après une longue et belle carrière à La Dépêche, puis Var Matin et Midi Olympique. C’était un journaliste sportif dans tous les sens du terme. Doué d’une jolie plume, une écriture efficace et alerte, Jean-Paul, grand amoureux du rugby, avait aussi la passion du vélo. Il se distinguait par un courage exemplaire et une humilité rare qui lui ont permis d’affronter avec philosophie la maladie.

Ce courage et cette humilité, ils les avaient cultivés sur un vélo. Rares doivent être aussi les cols des montagnes françaises, et en particulier ceux les Pyrénées, qui n’ont jamais vu passer sa frêle silhouette et son éternel sourire renvoyant un réel bonheur de vivre. Cette passion avait pris, en 2010, les allures d’un défi hors du commun accompli avec un autre « fou de la petite reine », collectionneur de vélos anciens, Marc Lebreton. Tous deux avaient refait l’étape mythique du Tour de 1910, Luchon-Bayonne, en tenue et avec vélos d’époque ! Une aventure que Jean-Paul a racontée ensuite dans La Folle épopée (Editions Caïrn) avec, d’entrée, cette anecdote cocasse de la montée de l’Aspin effectuée alors qu’il a perdu sa selle…

C’est dire si, dans sa vie au quotidien comme dans l’expérience douloureuse de la maladie, l’homme a su témoigner de ce que signifie le dépassement de soi.

Le Club de la presse salue ici la mémoire d’un homme généreux et un professionnel émérite. Il assure Marie-Laurence et sa maman Michèle de toute sa sympathie.

 La couverture de La folle épopée, Jean-Paul Rey (à gauche) et Marc Lebreton
La couverture de La folle épopée, Jean-Paul Rey (à gauche) et Marc Lebreton

Photo : La couverture de La folle épopée, Jean-Paul Rey (à gauche) et Marc Lebreton

Laisser un commentaire