#Confinement Comment bosse… Alexandre Cussey

  La vie des médias

Plus de deux semaines après le début du confinement, Alexandre Cussey, de Raje Nîmes, nous raconte l’impact sur la radio locale de ce contexte inédit. Pour y faire face, la radio associative a recours au système D.

Comment ça se passe à la radio en ce moment ?

Je tiens l’antenne la journée, en passant régulièrement pour la rafraîchir avec de nouveaux micros. Nous avons dû remplacer certaines émissions, comme le 11 de Nîmes, par un programme musical, l’agenda par les bons plans confinement des animateurs, et au niveau interviews, j’arrive à me débrouiller par téléphone.

Justement, en radio on a l’habitude de beaucoup travailler par téléphone.

Oui, c’est juste la qualité de l’enregistrement qui change, sinon on arrive à se débrouiller.

Certaines émissions continuent tout de même ?

Oui, Fred (Dorge, connu sous le pseudo General D, ndlr) vient pour Studio One le jeudi, il n’y a que lui et moi qui continuons à fréquenter le studio pour limiter les allées et venues, et chacun a sa bonnette de micro. Je les ai désinfectées à l’alcool à brûler, et je passe tout à l’antibactérien, le studio n’a jamais été aussi propre !

Et pour les autres émissions ?

Certaines, qui n’ont pas du tout de matériel, font des playlists, d’autres font quelques micros avec leur enregistreur ou leur téléphone, comme 33 tours minute. Pour l’Ouvre boîte, chaque animateur s’enregistre de son côté lors d’une visioconférence et ensuite on monte tout ça.

Du système D, donc.

Oui, là on est dans notre élément, on sait faire ! Et je profite de cette période pour faire des choses qu’on n’a jamais le temps de faire, comme un grand ménage dans le studio.

Autres articles...
Nous contacter

Saisir un texte et appuyer sur Entrée pour rechercher